Pour toute remarque ou suggestion, contactez nous au 04 78 06 19 24.

LE BLASON DE NOTRE COMMUNE

Contenu de la page : LE BLASON DE NOTRE COMMUNE

L’apparition sur la couverture du Bulletin Municipal et des infos de BALAN, du blason de BALAN a intrigué plus d’un habitant de la commune qui ont souhaité connaître sa signification et son histoire. C’est avec l’aide de Monsieur Georges BOUVIER maire honoraire bien connu, auteur de l’ouvrage récent "BALAN 120 ANS DE VIE COMMUNALE" et particulièrement de Monsieur Paul PERCEVEAUX, historien de la région qui connait parfaitement l’évolution de notre commune depuis plusieurs siècles que nous vous fournissons l’information souhaitée. Que Monsieur PERCEVEAUX trouve ici toute notre gratitude.

Tout d’abord la signification héraldique (très codifiée) "d’Azur à l’aigle d’argent, essorante d’un mont, de même accompagnée en chef d’un soleil d’or à dextre et d’une étoile d’or à senestre". On dit un aigle en haraldisme. Voyons maintenant l’origine du blason. Il s’agirait d’une version quasi intégrale du blason de la famille MONTHEROT. Le 7 novembre 1710, François de MURARD, conseiller au parlement de PARIS vendit BELIGNEUX, MONFERRAND(à St Maurice de Gourdans) LA CRAZ (à Nièvroz)MARCEL (à St Jean de Niost) à PIERRE DE MONTHEROT, écuyer, conseiller au roi, garde-sel de la douane de la ville de LYON.

Cette famille de MONTHEROT était originaire de Bourgogne, issue d’un Pierre de MONTHEROT, procureur au présidial de CHALON/SAONE. Le Pierre de MONTHEROT qui s’installe en Valbonne en 1710 est son arrière petit fils, continuant la tradition des métiers de justice, bien ancrée dans la famille. Sa qualité de "Conseiller du roi" (dont l’achat était fort onéreuse) lui confirme une appartenance à l’ordre de la noblesse...

C’est en 1740 qu’il va acquérir, de la ville de MONTLUEL, la maison forte et la ferme de BALAN, anciennes dépendances de la seigneurie de MONTLUEL. La famille MONTHEROT est éteinte. Aucun descendant mâle. un des derniers, Jean-Baptiste François Marie, dont Georges BOUVIER, alors maire a reproduit un poème au dernier chapitre de son livre, né à LYON en 1784, avait épousé la soeur de LAMARTINE.

Au moment des recherches pour trouver un blason à la commune lors d’une réunion provoquée par Monsieur Georges BOUVIER, alors maire, avec la participation du père GONNET de PEROUGES, Monsieur PERCEVEAUX avait été chargé d’une enquête.