La mairie de Bressolles n’est plus habilitée à établir des demandes de cartes d’identité. Lire les infos "accès direct, démarches".

Historique

Contenu de la page : Historique

L’ancienne paroisse de Bressolles était connue il y a plus de mille ans, puisqu’en 971, un diplôme du roi Conrad au profit de l’abbaye de l’Isle Barbe, la signale déjà.

Elle sera confirmée de nouveau à l’abbaye de l’Insula Baraba par le pape Lucius en 1183 et sera monopolisée en grande partie, et pendant des siècles, par les chanoines de Saint Paul et les Templiers de Lyon.

En tant que fief, Bressolles était de la mouvance des seigneurs de Montluel qui en firent hommage en 1317 aux dauphins du Viennois. Le traité de 1355 fit passer Bressolles et toute la seigneurie de la Valbonne dans le domaine des comtes de Savoie.

Nous ne connaissons rien du fief qui pouvait exister jusqu’en 1415 où un certain Jacques, seigneur de Bressolles est alors vassal de Savoie. En 1786, Bressolles était une paroisse du diocèse de Lyon, archiprêtré de Chalamont et mandement de Montluel. Le 18 mars 1789, Breyssollas procédera, sous le porche de l’ église, à la rédaction de ses cahiers de doléances. Jean Chanod et Jean-Batiste Jolivet, laboureurs, seront désignés pour siéger à Bourg et élire les députés des Etats Généraux.

En 1792, sous la direction des Sans-culottes de Montluel, les Bressollands feront le "Grand nettoyage" dans l’église. Suite à la Révolution, le village souffrira de l’invasion Autrichienne : "pour surcroît de malheur, la commune a été pillée pendant la soirée du 11 Juillet 1813, de fond en comble par les troupes autrichiennes, à la suite d’un léger complot qui a eu lieu dans la voisinage" (extrait du registre des délibérations du conseil municipal). La commune passera la fin du XIXe siècle et le XXe sans trop de perturbations, marquée toutefois par la "Grande Saignée" de la guerre de 14-18 qui prit 24 jeunes à Bressolles